Auteur

Auteur

Quelques mots…

Je suis né à Paris, j’y ai grandi et j’y travaille encore. Cette ville m’agace parfois, mais, je l’aime en dépit de toute raison. Je l’aime car j’y côtoie le monde, elle me l’offre à portée de main. Loin de me blaser, cette facilité d’accès alimente une soif de curiosité insatiable et nourrit mon appétit de découverte. Paris est mon port ouvert sur les sept mers du globe. Et qu’est donc un romancier, si ce n’est une espèce de matelot, dont le barda est un cahier de notes ?

Dans ce bruit de fond permanent (infos en boucles, buzz et clash à répétition) y a-t-il encore un sens à vouloir écrire? Sommes-nous encore audibles, nous les auteurs absents du cirque médiatique ? Chacun à sa réponse, dans mon cas, la question ne s’est jamais posée. Ecrire s’impose à moi, sans être une contrainte. La réalisation d’un roman est une sorte de jeu de piste, une chasse au trésor, à la différence près que la destination finale est rarement préétablie (même si on s’en persuade quand débute le projet). Les chemins sont innombrables, la tentation est grande d’en explorer toutes les possibilités. Ecrire donne parfois la sensation de se perdre dans ce monde immense, et le frisson de l’inconnu peut nous égarer en route et nous faire perdre de vue l’ambition initiale. Parmi tous ces sentiers, un seul est praticable. Tous les autres, aussi séduisants soient-ils mènent à des impasses.

Il est souvent tentant de se laisser emporter par son récit, mais, il faut vite retrouver une discipline et une rigueur pour mener à terme un tel projet. Des heures, des nuits à repenser, effacer, chercher la meilleure formule, pour un but qui peut sembler dérisoire à l’heure des youtubeurs et leurs centaines de milliers de vues.

La magie de l’écriture est ailleurs. Si c’est en solitaire que le romancier trouve sa voie, il marche toujours vers l’autre. Il ne quémande pas des likes, mais s’émeut à la pensée que quelque part,  des anonymes, éloignées dans l’espace et dans le temps, socialement aussi, éprouveront quelques plaisirs à lire ses œuvres. Le livre, ce vaisseau armé pour les plus incroyables odyssées, est plus qu’un objet, c’est une terre de rencontre où tous peuvent se croiser. C’est le rêve de chaque écrivain me semble-t-il. Alors, aussi perfectible est mon œuvre, j’espère que cette rencontre sera un bon moment pour chacun et chacune d’entre vous. Téméraires lectrices et lecteurs qui vous êtes embarqués pour l’aventure, puissiez-vous tous y trouver votre récompense.

 

David Nhamunda